Quiconque a entendu ne serait-ce qu’une fois le splendide titre « Truth and Rights » enregistré en 1980 chez Studio One, celui-ci a alors saisi toute l’essence du génie musical de Johnny Osbourne.

C’est en effet à la fin des années 70 et au début des années 80 qu’il fait les rencontres qui vont changer sa vie et sa carrière. Après une dizaine d’années à Toronto, et quelques essais non transformés dans des groupes soul et reggae, il se décide à rentrer en Jamaïque et recroise alors le chemin de Clement Coxsone Dodd, qui l’avait déjà enregistré pour la première fois en 1969.

L’horizon s’ouvre alors pour Osbourne et la réussite musicale ne tarde pas. Avec sa voix à la fois riche et puissante ainsi que ses textes d’une grande profondeur, il marque la période du début des années 80 où le mysticisme des chanteurs s’entrechoque avec les basses surpuissantes des productions de Junjo Lawes ou King Jammy.

Les producteurs se l’arrachent et ils multiplient les titres, dont les trois qui sont présents dans cette session. En un sens, Osbourne fut le trait d’union idéal entre la conscience roots et la scène dancehall naissante. Il a su traverser les années en modelant les productions à son idéal musical et conserver une fraîcheur ainsi qu’un timbre de voix unique.

Bonne écoute à tous!

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

  • JOHNNY OSBOURNE & ROOTS RADICS – Never Stop Fighting + Dub (Jah Guidance – 198X) [0:00 > 5:18] : on débute avec du lourd et une basse qui fracasse. Exemple parfait du style Osbourne : un chant aérien confronté à une production sans concession, mixant une batterie acérée et un rouleau-compresseur d’ultra-basse. Le dub est prodigieux avec un gros travail sur les filtres de basse.
  • JOHNNY OSBOURNE & PAPA TULLO – Back Off (Greensleeves – 1981) [5:18> 11:56] : pas de temps mort avec ce deuxième titre qui magnifie le chant d’Osbourne sur une production Greensleeves cette fois-ci. Mais on ne change pas une équipe qui gagne : grosse basse, batterie qui claque et clavier discret, le tout poussé très fort. La partie DJ de Papa Tullo ne vient que rajouter la cerise à un gâteau déjà bien copieux.
  • JOHNNY OSBOURNE & SOUND DIMENSION – People A Watch Me (Studio One – 197X) [11:56 > 18:30] : vous êtes chez Studio One, vous ne pouvez pas vous tromper. Couplets, refrain, choeurs et rythm guitar, le tout joyeusement emballé dans une production millimétrée de Sound Dimension. Une version plus « sage » d’Osbourne, mais écoutez bien la partie vocale sur le dub et vous sentirez toute la puissance du bonhomme.

La session peut être téléchargée en cliquant ICI.

Une réponse à “12 Inch Session #24 – Osbourne Jamboree”
  1. nibiru dit :

    THX pour cette session .Son album  » truths and rights  » de chez STUDIO 1 est excellent .

Répondre