Rare Records From Barcelona (Part 2)

Deuxième partie de la découverte des vinyls dénichés lors de mon escapade barcelonaise avec au menu cette fois-ci du rock psychédélique catalan, bolivien, français, de l’afrodisco et une touche de jazz funk.

Enjoy !

ELECTRIC TOXIC SO – Vol. 1 Barcelona : compilation de groupes de rock catalans des années 60 par le label Wah Wah Records, qui est également le lieu où j’ai déniché toutes ces perles. Quelques titres qui n’ont pas à envier aux meilleurs groupes de garage rock, avec une certaine originalité en plus qui donne une atmosphère particulière à ces enregistrements. Mention spéciale pour le titre de La Troupe, totalement étonnant…

[audio:z – Agua de Regaliz – When You’re So Bringdown.mp3] [audio:z – La Troupe – Al amanecer los ninos.mp3]


WARA – El Inca (Mandrax Records reissue – 1973) : attention, disque culte ! Si vous pensiez que la musique bolivienne se résumait à des orchestres de l’Altiplano soufflant dans des flutes de pan, vous allez en être pour vos frais. Cet album de Wara est l’album le plus recherché de tous les disques sud américain des années 70. Pourquoi ? Car il mêle le folk local aux inspirations les plus psychédéliques (orgues, cordes), le tout avec un chant et un background mystique, invoquant le pouvoir de l’ancienne civilisation inca. Pour s’en convaincre il suffit de lire les paroles de ce titre. Bluffant.

[audio:z – Wara – El Inca.mp3]


ATILA – El Principio Del Fine (New Promotions – 1975) : voici les Pink Floyd catalans, rien que ça ! Atila est réputé pour être un groupe mêlant symphonie des titres et scénographie scénique lors de lives mémorables. Ecoutez un extrait de la face A de leur premier album, intitulé El Principio Del Fine (The beginning of the end) : l’intro reprenant la Toccata de Bach est assez détonnante.

[audio:z – Atila – El Principio Del Fin (Part One).mp3]


JEAN-PIERRE MASSIERA – Psychoses Freakoïd 1963-1978 (Mucho Gusto – 2007) : un grand défricheur de sons et une compilation hommage en deux parties par un label canadien. Cette première partie se concentre sur les premières sorties de Massiera, entre jerk, rock psyché, pré disco déjantée et improvisations engagées. Deux titres que j’adore : la Turbie Piranhienne et son saxo monumental, et l’afrodisco de The Starlights.

[audio:z – Piranha Sounds – La Turbie Piranhienne.mp3] [audio:z – The Starlights – Jingle Jungle.mp3]


Bonus : le titre phare de la bande son du film « Every Nigger Is A Star », un morceau jazz funk d’anthologie :

[audio:z – Boris Gardiner – Ghetto Funk.mp3]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *