Jimmy Castor Bunch, ou le groove de Captain Cavern

Que dire de plus quand la photo du personnage en dit déjà autant ? Peut être que Jimmy Castor et son « Bunch » ont été les dynamiteurs du funk dans les 70’s. Qu’ils ont révolutionné un genre et l’ont expédié dans une autre dimension, à mi-chemin de la soul, du funk de la disco et du grand n’importe quoi…

Tout avait pourtant commencé de manière classique. Jimmy Castor débute sa carrière à la fin des 50’s comme chanteur dans divers groupes de doo wop (Wing with the Juniors, The Teenagers…), puis s’exerce dans les 60’s au saxophone dans des groupes soul et latin-jazz. Jusque là, tout va bien…

Mais en 1972, lorsqu’il se décide à former le Jimmy Castor Bunch, il crée une véritable légende aussi délirante qu’ingénieuse. Cette folie collective se concrétisera par les albums « It’s just begun », « Phase two », « The everything man »…Inventant les personnages du « Troglodyte (cave man) », de Luther l’Anthropoïde qui danse le funk dans sa caverne équipée d’un système hi-fi, traquant la donzelle du crétacé (« Bertha Butt Boogie ») sur les dance floor préhistoriques, Jimmy Castor propulse le funk dans la stratosphère.

Cette aventure marquera à tout jamais sa carrière, qui sera ancrée, tout au long des 70’s, aux toutes premières places des charts . Moitié chantés, moitié parlés/hurlés/éructés, ces titres font la part belle aux rythmes latins ainsi qu’aux clins d’oeil respectueux (avec notamment une reprise de Hendrix sur l’album « Phase two »). Abandonnant le Bunch en 1976, Jimmy Castor se consacre alors à une carrière solo puis lance son propre label dans les 80’s, Long Distance.

Respecté comme une des figures marquantes de la musique afro-américaine moderne, il a largement été samplé par le hip-hop. A l’instar d’un personnage comme George Clinton, Jimmy Castor est l’un des rares artistes américains a avoir façonné une nouvelle forme de funk tout en ayant un pied dans les nouveaux courants musicaux qui naissaient à cette époque. C’est le privilège des visionnaires.

Aux dernières nouvelles, il tournait encore aux Etats Unis et préparait un nouvel album. Parions qu’il le testera avant sur le dance-floor de sa caverne…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *