Chongamix #8 – This Music Got Soul – It’s Steady Rockin’ Time !

Huitième épisode des Chongamixes, qui comme les bonnes séries, sont bien parties pour ne plus s’arrêter : on approche bientôt de la dizaine ! Quand je repense à la façon dont j’ai conçu le tout premier volume, consacré au reggae roots, j’étais bien loin de penser que ces mixes allaient devenir une véritable anthologie de ma propre discothèque ! Quoiqu’il en soit, et pour finir avec cet interlude narcissique, le succès est là : 2.400 téléchargements des sept derniers épisodes, et 700 pour le seul Chongamix #7 ! Merci à vous tous pour votre fidélité et votre passion : cela me poussera à aller toujours plus loin…

A l’honneur cette fois-ci, un style qui me tient particulièrement à coeur : le rocksteady. Deux raisons à cela : un, je suis persuadé qu’avec le dub le rocksteady est l’une des formes les plus abouties de la musique jamaïcaine ; deux, cette musique vous met tout simplement de bonne humeur. Un matin difficile ? Rocksteady. Un coup de blues passager ? Rocksteady. Vous venez de vous faire plaquer ? Rocksteady. C’est assurément la musique du bonheur.

Alors pour vous permettre d’avoir un aperçu un peu exhaustif du genre, je suis allé chercher des classiques (The Heptones, Desmond Dekker, Hopeton Lewis…) mais aussi des perles rares. Ainsi, le Chain Gang de Winston Francis et sa piste vocale exceptionnelle, la Music Lesson de Prince Buster et son « do ré mi fa sol la si do » touchant, Peter Austin et son Time Is Getting Harder ou encore le Foey Man de George Dekker et son orgue fou.

Ce qui unit ces artistes ? Le plaisir de l’instant présent, la joie de jouer une musique qui, si elle n’est pas toujours juste et souvent influencée par les USA, est interprétée avec des tripes et du coeur. La musique du bonheur, je vous dis…

A consommer en forte quantité en cliquant ICI.

[audio:chongamix 08 – this music got soul.mp3]

TRACKLIST

01 – INTRO – Welcome to Jamaica (Commercial)
02 – PHYLLIS DILLON – Don’t Stay Away
03 – DESMOND DEKKER – Music Like Dirt
04 – WINSTON FRANCIS – Chain Gang
05 – KEITH & TEX – This Is My Song
06 – LLOYD ROBINSON – No More Trouble
07 – HOPETON LEWIS – This Music Got Soul
08 – DESMOND BAKER & THE CLARENDONIANS – Rude Boy Gone A Jail
09 – HAZEL & THE JOLLY BOYS – Stop Them     
10 – TOMMY McCOOK & THE SUPERSONICS – Liquidator
11 – THE CLARENDONIANS – Do It Right
12 – PRINCE BUSTER – Music Lesson
13 – PHIL PRATT – Reach Out
14 – BORIS GARDINER & THE KEYS – I’m alone
15 – DERRICK MORGAN – Tears On My Pillow
16 – MARSHALL WILLIAMS – Norwegian Wood
17 – FALCON PRICE – The Screw
18 – PETER AUSTIN – Time Is Getting Harder
19 – THE HEPTONES – I’ve Been Trying
20 – CLANCY ECCLES – What Will Your Mamma Say
21 – GEORGE DEKKER – Foey Man  
22 – THE UNIQUES – Love And Devotion     
23 – B.B. SEATON – Lean On Me
24 – DESMOND DEKKER & THE ACES – Unity

Cult Cargo – Belize City Boil Up (Numero – 2005)

Because no country in the western hemisphere has managed to maintain such careful obscurity and avoid infamy like Belize, the chances of you ever hearing any of Belize’s incredible and diverse musical output are within a few tiny fractions short of zero.

Dans la série des compilations de raretés dénichées dans d’obscures réserves de disques de contrées oubliées par la grande scène musicale mondiale , la dernière fois que j’ai eu un choc aussi important c’était avec la série des Ghana Soundz. Pour tous ceux qui ont eu la chance et la joie d’écouter ces disques, cela vous place un peu le niveau de qualité des titres que vous trouverez sur cette excellente compilation de la série Cult Cargo.

Le Belize, c’est ce petit pays de 250 000 habitants situé au sud du Mexique et à l’Est du Guatemala, autrefois connu sous le nom de Honduras britannique et dont la devise nationale est : « Je fleuris à l’ombre ». C’est effectivement à l’ombre des projecteurs de la scène musicale mondiale qu’ont fleuri des centaines de groupes populaires qui ont savamment élaboré un mélange de soul, funk, reggae et folk.

Pas de dialecte local ici, ni même de clichés musicaux bien exotiques comme les aiment les touristes. L’exotisme se trouve plutôt dans la réappropriation locale de styles importés de l’extérieur par la diaspora : de la soul de Philly, du funk de New-York, du reggae de Kingston. Baignés par le soleil de cette lande de terre d’Amérique centrale, ces rythmes prennent une dimension autre, et pour ainsi dire assez improbable.

Le défi de cette compilation était pourtant de taille : réunir une quinzaine de titres aussi originaux qu’inconnus, variant les styles et les ambiances, le tout avec une qualité sonore exceptionnelle et un livret fourmillant de détails. Du grand art.

Je vous ai choisi quelques titres parmi les meilleurs du disque, mais je vous invite très fortement à acheter le disque afin d’apprécier toute la richesse et la diversité des autres morceaux.

LORD RHABURN – More Love Reggae : seul titre de la compilation mettant en avant l’influence reggae au Belize, mais quel titre ! Un orgue malin, un rythme enjoué et un chant enlevé : du bonheur garanti pour la journée !

[audio:z – Lord Rhaburn – More Love Reggae.mp3]

THE PROFESSIONNALS – The Backstabbers : exemple parfait de mélange de cuivres caribéens et d’une rythmique soul-funk envoutante, reprise d’un morceau des O’Jays. Un grand titre.

[audio:z – The Professionnals – The Backstabbers.mp3]

WEB – The Same Old Me : on croirait entendre Otis Redding, tellement c’est beau et poignant. La bande son rêvée de vos soirées « lover style »…

[audio:z – Web – The Same Old Me.mp3]

THE HARMONETTES – Shame Shame Shame : encore une grande reprise du hit international de Shirley & Company’s avec ce petit quelque chose en plus qui fait du Belize ce nouvel eldorado musical.

[audio:z – The Harmonettes – Shame Shame Shame.mp3]

Téléchargez mon mix au Cannibale Café – Soundclash vs. Otis Beaumont

Pour tous ceux qui n’avaient pas pu être là samedi soir, ou pour ceux qui souhaitent retrouver l’ambiance de la soirée soundclash au Cannibale Café, voici la tracklist et les titres de mon mix en téléchargement.

Encore merci à Benoît, Ludo et Otis. A très bientôt pour de nouvelles aventures…

  1. Ken Boothe – Artibella
  2. Dandy Linvingstone – Rudy ( A message to you)
  3. Phyllis Dillon – Don’t stay away
  4. The Clarendonians – Do it right
  5. Desmond Dekker – Unity
  6. Derrick Harriot – The Loser
  7. Hopeton Lewis – Take it easy
  8. Eddie Bo – The Thang
  9. Baby Huey – Hard Times
  10. K. Mansfield – Funky Fanfare
  11. Thad Jones – Get out my life woman
  12. Stretch – Why did you do it
  13. The Ohio Players – Funky worm
  14. Sisters Love – Give me your love
  15. Barrington Levy – Murderer
  16. Tenor Saw – Ring the alarm
  17. Athea & Donna – Uptown top ranking
  18. Johnny Osbourne – Ice cream love
  19. Ranking Joe & Tristan Palmer – No tribal war
  20. Born Jamericans – Warning sign
  21. Steppenwolf – Born to be wild
  22. Max Romeo – Chase the devil
  23. The Brand New Heavies – Jump n’ move
  24. Edwin Starr – War

heatme1.JPGheatme2.JPG

Dionne Warwick : Soul Sister N°1

Dionne Warwick partage avec beaucoup de chanteuses de sa génération une histoire commune : né dans une famille de musiciens, elle s’oriente très vite vers le chant grâce à un premier groupe les Gospelaires. Au cours d’une séance d’enregistrement en tant que choriste pour les Drifters, elle se fait repérer par le compositeur et l’arrangeur du groupe, le célèbre Burt Bacharach.

Ses interprétations des premiers titres composés par Bacharach est prodigieuse et force le respect de tous. Avec l’appui de Hal David , le succès est immédiat et les hits s’enchaînent : Walk On By, Don’t Make Me Over, The Look Of Love, etc…Pendant neuf années, le nom de Warwick est associé aux plus grands succès pop et son premier Grammy Award dans la catégorie Jazz en 1968 : elle en obtiendra quatre autres au cours de sa carrière. Pour la petite histoire, une erreur dans la rédaction de son premier contrat l’obligera à changer son nom d’origine de Warrick en Warwick…

Mais en 1972, un litige juridique après la signature d’un contrat avec Warner provoque la séparation avec Bacharach et David. Les responsables de Warner décident alors de lorgner du côté de la Motown et notamment du couple Holland-Dozier pour redonner un nouveau souffle à la carrière de Dionne Warwick.

Cependant, le succès ne sera pas immédiatement au rendez-vous et malgré quelques succès par la suite, Dionne Warwick ne retrouvera jamais le brio de la période Bacharach-David. Elle continuera à enregistrer plusieurs albums, fréquentera les plus grandes stars pop (Stevie Wonder, Elton John, Whitney Houston sa cousine, etc…), s’aventurera même à faire des émissions TV de numérologie…

Elle enregistre son dernier album en 2000, destiné uniquement au marché japonais. Elle vit depuis entre le Brésil et les Etats-Unis.

Pour découvrir le talent de Dionne Warwick, voici deux titres magnifiques :

DIONNE WARWICK – This Empty Place : tiré de l’album Windows Of The World (Scepter – 1967)

DIONNE WARWICK – We Can Work It Out : tiré de l’album Soulful (Scepter – 1969)

Nusrat Fateh Ali Khan ou le Génie du Qawwal

De retour sur le blog après quelques semaines d’absences en raison d’une rentrée sur les chapeaux de roue…Et puis il faut bien que je prépare aussi ma sélection de titres pour le soundclash du 28/09, au Cannibale Café. N’oubliez pas : venez nombreux pour mettre l’ambiance et me soutenir lors de ma prestation !

Détour par le Punjab en cette rentrée 2007 avec un véritable héros local, en la personne de Nusrat Fateh Ali Khan. Né en 1948 dans cette province du Pakistan, il est rapidement devenu l’un des artistes les plus prolifiques (125 albums !) et le plus en vue de toute l’Asie du Sud. Il a notamment contribué à l’évolution moderne du qawwali, genre musical populaire de l’Inde et du Pakistan qui exprime une dévotion soufi. Ce style musical est une véritable institution dans ces pays, car il dépeint depuis le XIVème siècle les évolutions sociales du sous-continent indien.

Les enregistrements récents de Nusrat Fateh Ali Khan ont poussé cette évolution vers la modernité vers des artistes de la scène rock (Eddie Veder, sur la BO de Dead Man Walking, et Jeff Buckley) ou trip-hop (Massive Attack, sur l’album Mustt Mustt en 1990). Certains amateurs regrettent une dilution de son talent dans des productions plus pop, mais le talent et le mysticisme halluciné de Nusrat n’a jamais été démenti. Il laissera après sa mort en 1997 un héritage considérable et riche qui a définitivement fait évoluer les formes musicales traditionnelles de son pays.

Afin de vous faire découvrir une (infime) partie de son oeuvre, voici deux titres d’une grande intensité :

NUSRAT FATEH ALI KHAN & PARTY – Ali Maula Ali Maula Ali Dam Dam

NUSRAT FATEH ALI KHAN & PARTY – Haq Ali Ali Haq

Pour aller plus loin dans la découverte de ses oeuvres, je vous recommande l’excellent enregistrement de son concert à Paris en 1995.

Et pour se rendre compte de la puissance de ses apparitions scéniques, regardez cette vidéo (désolé, le son crache un peu…)