Tommy Mc Cook : Mister Jazz in Jamaica

Souvent éclipsé par le génial Don Drummond, avec lequel il contribua à la création des historiques Skatalites en 1963, Tommy Mc Cook est pourtant l’un des piliers d’une génération de musiciens jamaïcains, formés à la célèbre Alpha Boys School de Sister Ignatus et qui a introduit une multitude d’influences nouvelles sur le sol caribéen.

L’une de ces influences majeures est le jazz. Alors qu’il séjournait au Bahamas entre 1954 et 1962 et jouait dans des clubs pour touristes, Tommy Mc Cook eut l’occasion de faire une excursion à Miami en 1956 et reçu alors le choc musical de sa vie : il entendit un solo de John Coltrane et comprit immédiatement qu’il fallait qu’il change sa façon de concevoir et de jouer du saxophone.

A son retour en Jamaïque, en 1962, il poursuit dans cette veine musicale en jouant dans des orchestres jazz qui reprennent des titres de Coltrane. Mais rapidement, il est contacté par les producteurs les plus en vue à l’époque (Coxsone, Randy Chin) en raison de sa virtuosité et de la particularité de son « son » : il ne faut pas oublier que Coxsone était un grand amateur de jazz…

Hésitant dans un premier temp à passer le pas vers une musique plus « profane », il est finalement convaincu par le discours afrocentriste de Count Ossie et des mouvements rasta naissants. Dès lors, il s’engagera pleinement dans le bouillonnement musical qui émerge en Jamaïque et sera de toutes les plus grandes étapes de son évolution : ska, rocksteady, etc…

Tommy Mc Cook est très certainement l’un des plus grands représentants d’une génération de musiciens et d’artistes jamaïcains, désormais éteinte. Une génération qui alliait une exceptionnelle maîtrise technique à une expressivité musicale rarement égalée. Bien entendu, comme dans les plus grands moments historiques, la chance a également été de la partie. Sinon, comment expliquer rationnellement cette conjonction exceptionnelle de talents, d’influences et de genie technique sur une petite île caribéenne ?

Lorsque l’on ne sait pas où l’on va, la meilleure solution est encore de regarder d’où l’on vient. Et l’héritage laissé par les pionniers de la musique jamaïcaine, au rang desquels figure en bonne place Tommy Mc Cook, est une source d’éternelle jouvence dans laquelle nous pourrons toujours puiser une inspiration sans fin.

Téléchargez une sélection de titres en cliquant sur les liens ci-dessous :

Tommy Mc Cook – Shockers Rock : un ska déjanté avec un thème oriental qui tourne en spirale – à noter un break instrumental particulièrement réussi en deuxième partie de morceau (extrait de la compilation Studio One Scorchers)

Tommy Mc Cook & Don Drummond Junior – Fisherman Special : un titre dans la veine la plus méditative de Mc Cook : rythmes lents et lourds, longues plages de cuivres et atmosphère transpirant la spiritualité (extrait de l’album YabbyYou – Jesus Dread)

Tommy Mc Cook – Plague of Horn : une version dub mais groovy, avec une basse pesante, compensée par la légèreté des cuivres (extrait de l’album Yabby You – Jesus Dread)

tommymccooktommymccook2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *