12 inch Session #4

Quatrième épisode de mes sessions 12 inch, avec aujourd’hui une sélection particulièrement chargée : des riddims classiques, des pointures vocales, des DJ mix aussi percutants qu’un direct de Mohammed Ali et des productions toujours aussi magnifiques. Back to the original rude boy sound, voici le set 12 inch de la rentrée !

Vous pouvez télécharger la session en cliquant ICI.

[audio:12 inch – Session 04.mp3]

  • On commence par CALMAN SCOTT & JAH HUGH et leur Devil In The City (1979 – GG Records). Produit par Alvin Ranglin, ce titre permet de (re)découvrir un Calman Scott à la voix puissante et un Jah Hugh particulièrement bien posé sur un riddim méconnu.
  • On enchaîne avec EARL 16 & MIKEY DREAD avec leur African Tribesman + Butter ‘Gainst The Sun sorti en 1980 sur le label Suferrer Heights. Riddim classique parmi les classiques, superbe avec ses effets venus d’outre tombe, un Earl 16 au sommet de son art vocal et enfin un Mikey Dread qui casse tout avec une version DJ bien sentie sur un mix dub calibré pour lui. Du grand art…
  • On finit avec HORACE ANDY ET UN DJ INCONNU avec une version extended de son magnifique Lonely Woman (197X – Charmers Records). Produit par Ronnie Virgo et Derrick Harriot, cette version 12 inch révèle un DJ non crédité et je vous avoue que je sèche : qui se cache derrière cette prestation qui, par ailleurs est vraiment bonne ? J’aurais tendance à dire Clint Eastwood, pour sa tendance à rouler les « r ». Si vous avez la réponse, laissez moi un commentaire ou un message via mon mail.

sufferers_heightsDisco_6__Label_Side_2_gg_records

3 réponses sur “12 inch Session #4”

  1. Bonsoir,

    Je crois que le DJ inconnu est en fait très connu : pour moi c’est Big Youth. La voix, Le style de toast plus ou moins sur le temps (et même carrément entre les temps) ainsi que les cris qui ponctuent ses déclamations l’identifient clairement.

    Après, le doute est toujours permis, mais je suis presque cerain que c’est lui.

    PS : Félicitations pour ce blog bien écrit et bien documenté, ce qui est malheureusement rare (surtout pour l’écriture sans faute d’orthographe).

    Simon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *