La renaissance du label Fania

La nouvelle était passée relativement inaperçue, mais elle marque pourtant la renaissance (et la reconnaissance) d’un des labels qui a largement popularisé la salsa et la musique latine au sens large : le consortium  Emusica Entertainment Group, basé à Miamia, racheté en 2005 l’exceptionnel catalogue du label Fania pour la « modique » somme de … 10 millions de dollars ! Après un travail de sélection et de remasterisation, ce sont près de 30 albums originaux de Ray Barretto, Mongo Santamaria, Joe Bataan, Celia Cruz, Willie Colon etc…qui seront à nouveau disponibles dans les bacs à partir de juin 2006.

Fania a été fondé en 1964 par un avocat italo-américain – Jerry Masucci – et le musicien Johnny Pacheco. Pour des raisons budgétaires, ils ne signèrent au début que de jeunes groupes latino du Bronx et de Puerto Rico, ce qui devint progressivement leur marque de fabrique et, surtout, façonna leur succès. Car ces groupes, peu connus à leurs débuts (Willie Colon avait 16 ans quand il signa pour Fania…), se lançèrent à corps perdus dans la fusion entre la salsa et les musiques émergentes de l’époque : funk, jazz, afro-latin, etc…

Cette inventivité et cette créativité ne se fit pas au détriment du caractère populaire de la musique, à la fois auprès d’un public latino qui voit enfin sa musique gagner ses lettres de noblesse, et d’un public plus large qui découvre la richesse de l’éventail de la latin music. L’aspect « révolution culturelle latino » a souvent conduit à comparer Fania avec la Motown.

Au-delà de l’aspect musical, le rôle qu’a joué Fania dans l’émancipation sociale, politique et économique des populations latinos aux Etats-Unis est immense. Comme l’a si justement dit Ras Michael au sujet du reggae : « Une nation sans sa culture, c’est comme un troupeau sans son berger ». Avec Fania, la population latino avait enfin trouvé son berger…

Espérons que le rachat du catalogue par Emusica ne constitue pas qu’une seule opportunité commerciale, et contribue à réaffirmer le rôle éminemment important qu’à joué ce prestigieux label dans la musique contemporaine.

A découvrir dans la Chongastyle’s Radio : le funky « Love Child » de Mongo Santamaria, et le monumental « Smoke » des Fania All Stars.

faniaallsta_faniaalls_102bfania

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *