Denis Colin Trio – Something in Common (Emarcy – 2002)

Les jazzmen français ne sont décidemment jamais là où on les attend…Après Erik Truffaz qui a exploré des voies électro et rap avec sa trompette, Louis Sclavis (clarinette) et Henri Texier (contrebasse) qui parcourent l’Afrique avec leur free jazz, Denis Colin (clarinette) poursuit depuis ses débuts une exploration minutieuse et respectueuse de la musique noire américaine.

Après un album élu disque jazz de l’année en 2000 par de nombreux magazines français (Etude de terrain), Denis Colin s’est envolé vers Minneapolis en 2002 pour y chercher une nouvelle source d’inspiration et redécouvrir au passage des rythmes et des ambiances avec lesquels il a indéniablement quelque chose en commun (d’où le titre de l’album).

Un projet ambitieux, qui l’a amené à revisiter de grands ténors de la black music : Sonny Rollins, Archie Shepp, John Coltrane, Jimmy Hendrix, etc…Loin d’un album hommage mortifère, Denis Colin s’attache, grâce à de judicieux featuring (Wyclef Jean, Gnew Matthews, etc…), à retrouver l’énergie initiale qui a permis à cette musique d’avoir l’aura qu’on lui connait aujourd’hui.

Le résultat est aussi déconcertant que le projet était irréaliste. « Diallo » de Wyclef Jean me fait frémir à chaque fois que je l’écoute, autant pour sa qualité musicale que pour l’histoire qui l’a inspiré : le 4 février 1999, Amadou Diallo, un jeune Guinéen de 23 ans, vendeur ambulant à Manhattan, était abattu « accidentellement » de 41 balles par la police new-yorkaise. Cette bavure a fait l’objet d’un procès célèbre, qui marqua profondément la population noire. En février 2000, les quatre policiers furent acquittés, avec le soutien de Rudolph Giuliani et au nom de la lutte contre le crime. La lecture des paroles de cette chanson est indispensable pour saisir toute la complexité de cette triste histoire.

Les autres titres sont aussi surprenants : la reprise de « If 6 was 9 » d’Hendrix avec les rappeurs de Dirty Bandits, celle de « Woman of the Ghetto » de Marlena Shaw avec la voix puissante de Gnew Matthews, etc…

A découvrir et surtout à apprécier sur la longueur…

DENIS COLIN TRIO feat. WYCLEF JEAN – Diallo

DENIS COLIN TRIO feat. GNEW MATTHEWS – Woman of the Ghetto

coverback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *