A la demande de certains d’entre vous, voici une session spéciale en hommage à l’illustre Dennis Brown, en tout cas une première partie, puisque ses nombreuses productions et la richesse de ses créations nécessiteront que j’y revienne une deuxième fois lors d’une prochaine session.

Voilà donc une première sélection, qui fait la part belle aux productions de haut niveau (Harriot, Pratt, Niney) et aux rencontres musclées entre la voix magique de Dennis Brown et les versions DJ des meilleurs artistes de leur époque.

Bonne écoute et à très vite pour la deuxième partie.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

  • DENNIS BROWN – Concentration (Charmers – 197X) [0:00 > 4:30] : une flute aérienne accompagne la production de Derrick Harriot et le chant sublime d’un Dennis Brown au sommet de son art. La version dub valorise bien la ligne de basse et les accords de clavier.
  • DENNIS BROWN & THE RANKING BUCKERS – Tenement Yard – Kill Landlord (Observers Records – 1977) [4:30> 12:40] : un titre puissant, porté par la production de Niney The Observer et sorti sur l’un de ses labels UK, la voix douce et ample de Dennis Brown y est confrontée au DJ style de Ranking Buckers, qui déroule une belle partie, avec des échos de la voix de Brown en bonus. Efficace.
  • DENNIS BROWN & BIG YOUTH – Black Magic Woman – Tell It Black (SunShot – 1973) [12:40 > 18:58] : une rencontre au sommet pour finir cette session, le clash entre Dennis Brown et l’un des maîtres du DJ style, Big Youth, sur une production Phil Pratt. Du grand art.

La session peut être téléchargée en cliquant ICI.

Comments 2 commentaires »

Après la naissance il y a deux ans de notre fille Hortense, Hippolyte est entré dans nos vies le 7 janvier 2012. Comme je l’avais fait la première fois, je lui ai préparé un mix d’une heure, tout en douceur, messages d’amour et rythmes joyeux pour l’accueillir de la meilleure façon qu’il soit dans notre foyer.

Là encore, pas de classement thématique, pas d’unité de style ou de genre musical, uniquement la pulsation de l’amour que je porte à mon fils : un James Brown en crooner de grande classe, de la soul de luxe avec Dionne Warwick et Dusty Springfield, une version de Pierre et le Loup par Jacques Brel et toujours du roots inspiré avec Stranger Cole et, dans une version plus déjantée, Lee Scratch Perry qui enregistre à Kingston son People Funny Boy, où l’on entend les pleurs de son propre bébé. Pour l’anecdote, il a déclaré avoir voulu reproduire, grâce à ces pleurs enregistré dans sa propre maison, les incantations spirituelles d’une église adventiste proche de son domicile ! Déjanté, je vous dis !

Quelques emprunts assez obscurs à des titres joués par des groupes scolaires américains ou encore des disques d’éducation scientifique, expliquant aux enfants la différence entre un animal et une plante sur des rythmes folk du meilleur genre !

Et ce titre splendide des Cougars, « I Wish It Would Rain », qui débute sur un battement de coeur et se prolonge sur ce rythme qui a bercé nos espoirs et attentes de parents au cours des 9 mois précédant la naissance d’Hippolyte…

Mention spéciale également pour le titre incontournable de Jimmy Cliff, tiré du film « The Harder They Come » et dont les paroles pourront utilement être méditées par Hippolyte dans quelques années :

Persecution you must bear
Win or lose you’ve got to get your share
Got your mind set on a dream
You can get it, though harder them seem now

Rome was not built in a day
Opposition will come your way
But the hotter the battle you see
It\’s the sweeter the victory, now

You can get it if you really want
But you must try, try and try
Try and try, you’ll succeed at last

Vous pouvez télécharger la session en version mixée en cliquant ICI, ou en version zip avec les titres individuels en cliquant ICI.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

TRACKLIST :

01 – OUVERTURE – The Story Of Life
02 – EDDIE CONSTANTINE – Loveliest Time For Lovin’
03 – THE JACKSON 5 – It’s Great To Be There
04 – DUSTY SPRINGFIELD – Love Power
05 – JAMES BROWN – It’s Magic
06 – ANNIE – It’s The Hard Knock Life
07 – LEE PERRY – People Funny Boy
08 – STRANGER COLE – Everyday Tomorrow
09 – ERNESTINE ANDERSON – Keep An Eye On Love
10 – VALLEY JUNIOR HIGH SCHOOL – Be Kind To Your Parents
11 – RONNIE AND ROBIN – Sidras Theme
12 – JACOB MILLER – Baby I Love You So
13 – JIMMY CLIFF – You Can Get It If You Really Want
14 – THE DELFONICS – Oh Girl
15 – THE COUGARS – I Wish It Would Rain
16 – LLOYD AND DEVON – Love Is The Foundation Of The World
17 – JACQUES BREL – Pierre Et Le Loup
18 – MARAIS AND MIRANDA – What Is An Animal
19 – HUGH MASEKELA – Mama
20 – DIONNE WARWICK – I Say A Little Prayer
21 – DORIS – Whispering Pine
22 – LEO FERRE – On s’Aimera

Comments 4 commentaires »

Nouvelle session avec au programme cette fois-ci trois déclinaisons autour du même riddim : le « Misunderstanding » produit par Rudolph Francis sur le label Kebra Nagast dans les années 70. Un instrumental 100% roots qui se savoure sous toutes ses formes : avec le chant gracieux des Symbols, en version dub ou survitaminé avec Jah Woosh à la manœuvre.

Un riddim souvent sous-estimé et noyé dans la masse des incalculables productions de l’époque. Raison de plus de lui donner une seconde chance aujourd’hui et démontrer qu’il n’y a pas de malentendu : cette production est une vraie perle ! Deux versions 12 inch avec une bonne tranche de DJ style au milieu, ça ne se refuse pas…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

  • THE SYMBOLS – Misunderstanding (Kebra Nagast – 197X) [0:00 > 6:45] : l’original, la fondation, le numéro 1. Tout part de là : un chant splendide, ciselé avec des harmonies de toute beauté et une version dub qui fait la part belle au gimmick de guitare et au bongo. Si vous en doutiez encore, nous voilà au coeur des productions roots des années 70 en Jamaïque, et cela se sent…
  • JAH WOOSH – Cleanse Health (September Records – 1982) [6:45> 10:12] : une production Neville Beckford aux studios Joe Gibbs et Channel One, bref un gage de qualité pour cette excellente version DJ qui sait respecter le riddim tout en lui apportant une touche d’originalité, que ce soit grâce au talent de Jah Woosh ou le rajout de synthé, à dose homéopathique tout de même, faut pas pousser : on est pas encore dans l’ère digitale ;-)
  • RUDOLPH FRANCIS – Time To Realise (KIM Records – 197X) [10:12 > 16:38] : arrivé à ce point, vous vous dites qu’on a fait le tour du riddim ? Détrompez-vous et laissez-vous porter par la production de Milton Moore. Par petites touches, il magnifie le titre, en mettant une dose d’écho par ici, ou en poussant le saxophone sur certaines parties. Un tour de maître.

La session peut être téléchargée en cliquant ICI.

Comments 2 commentaires »

Grand retour des Chongamixes avec au programme cette fois-ci le come-back de Mr Lover Man…

Quatre ans après le premier mix consacré au lovin’ mood, voici une nouvelle sélection de 24 titres soigneusement triés sur le volet pour profiter des longues soirées d’hiver avec votre moitié, allongés sur des peaux de bêtes devant la cheminée…

Si vous ne vous vous sentez pas l’âme d’un Casanova, ni le coffre de Robert Portee pour le chanter, vous pouvez toujours éteindre la lumière avec la soul des Captions, ou encore bouger d’ici, grâce au splendide titre de Travis Wammack.

Avant de se dire au revoir avec la délicieuse Dusty Springfield, rien de tel qu’un bon vieux tube des Heptones pour se rappeler que l’amour, ça a du bon…

Trois belles perles à vous signaler : l’une, qui m’avait été demandée après le Chongamix 6, n’est autre que le « I’m In A Lovin’ Mood », oubli impardonnable de ma part ! La seconde, c’est la magnifique reprise du Velvet Morning de Lee Hazlewood & Nancy Sinatra par les Vanilla Fudge. La troisième, c’est la chanson qui a donné son titre à ce mix : c’est le boogaloo cuivré d’Hector Rivera et son « I Want A Chance For Romance », faussement naïf mais véritablement festif !

Bonne écoute à tous et rendez-vous pour le prochain mix, consacré à la naissance de mon deuxième enfant…

Vous pouvez télécharger la session en version mixée en cliquant ICI.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

TRACKLIST :

01 – OUVERTURE – Sentimental Et Sport
02 – EDDIE BENITEZ – We Are The One
03 – ROBERT PORTEE – Casanova
04 – EDDIE HOLMAN – Four Walls
05 – SYL JOHNSON – The Love You Left Behind
06 – INTERLUDE – L’Eveil Mystérieux
07 – DUSTY SPRINGFIELD – Goodbye
08 – DENNIS BROWN – Let Love In
09 – PORGY & THE MONARCHS – If It’s For Real
10 – THE ENSEMBLE AL-SALAAM – Peace
11 – THE HEPTONES – Love Been Good
12 – MONTY – Une Fois (For Your Love)
13 – THE CAPTIONS – Turn Out The Lights
14 – CLIFORD COULTER – Do It Again
15 – GARY BURTON – Las Vegas Tango
16 – VANILLA FUDGE – Some Velvet Morning
17 – GARLAND JEFFREYS – Lon Chaney
18 – NIRVANA – Love Suite
19 – TRAVIS WAMMACK – You Better Move On
20 – ALTON & EDDIE – Let Me Dream
21 – ALTON ELLIS – I’m In A Lovin’ Mood
22 – THE LOVEJOYS – Gimme Back
23 – HOLLY ST. JAMES – That’s Not Love
24 – HECTOR RIVERA – I Want A Chance For A Romance

Comments Un commentaire »

Pour affronter les écueils de cette rentrée qui prévoit d’être bien chaude, je vous ai préparé une session de haut niveau avec une sélection de premier plan, incluant la splendide version 12 inch du Come Back Early de Lloyd Parks (que certains d’entre vous ont déjà entendu en version 7 inch sur ma page FB), une combinaison Horace Andy et Dillinger de toute beauté et un Wayne Wade qui, visionnaire, parle déjà d’Iran et d’armes nucléaires…il y a 30 ans !

Profitez de ces bonnes vibrations et bonne rentrée à tous !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

  • LLOYD PARKS – Come Back Early + Version (Parks – 1975) [0:00>5:50] : ma grosse sensation du moment, marquée par un chant splendide, des choeurs qui font exploser le refrain, un groove de tous les diables et surtout une version dub par We The People Band qui envoie le titre dans la stratosphère. Du très grand art à apprécier en boucle…
  • HORACE ANDY & DILLINGER – Never Tell I [5:50>12:22] : une combinaison étonnante et originale entre le prince du falsetto et le DJ qui nettoie tout sur son passage (écoutez un peu à partir de 9:27, ça déroule pas mal…), le tout sur un riddim intriguant et sombre. Une vraie réussite.
  • WAYNE WADE – Down In Iran (Pirate – 1981) [12:22>18:46] : trois bonnes raisons de sélectionner ce titre : 1/ je suis un grand fan de Wayne Wade 2/ Scientist est à la manoeuvre pour le mix, qui plus est dans le studio de King Tubby 3/ dans le genre conscious lyrics et visionnaire, on fait difficilement mieux.

La session peut être téléchargée en cliquant ICI.


Comments Un commentaire »